Toute l'actualité de Go Consult

La référence en comptabilité, fiscalité et gestion financière

Frais réels ou forfait ? Indépendants, choisissez !

Vous êtes un petit indépendant ou un indépendant à titre complémentaire ? Vous faites relativement peu de frais et vous souhaitez vous éviter une comptabilité fastidieuse ? Tout récemment introduite, la réforme dite « des frais forfaitaires » est assurément de nature à vous intéresser !

Praticable à compter de l’exercice d’imposition 2019 (revenus 2018), cette nouvelle mesure permettra désormais aux indépendants en personne physique (et non plus seulement aux titulaires de professions libérales) de déduire un forfait de 30% de leurs revenus professionnels au titre de charges professionnelles (hors cotisations sociales et achat de marchandises). Ceci, dans les limites d’un maximum fixé à 4.720 euros pour l’exercice d’imposition 2019.

Pour mémoire, pour tomber dans la catégorie des « frais professionnels », les dépenses considérées doivent être en rapport avec l’activité professionnelle de l’indépendant, et doivent avoir été effectuées pendant l’année. En outre, elles doivent avoir été réellement acquittées et avoir effectivement contribué à mettre l’indépendant en situation d’acquérir ses revenus professionnels.

Afin de prouver ses frais réels, l’indépendant est invité à scrupuleusement conserver toutes les preuves (tickets de restaurant, factures, reçus, …) des dépenses qu’il a engagées. C’est le cas notamment, des frais de voiture, des frais de restaurant, des frais immobiliers liés à l’exercice de l’activité indépendante (intérêts d’un crédit, loyer, consommations, entretien, etc. ). D’autres frais sont également déductibles, au nombre desquels le matériel de bureau, l’abonnement télécom, le téléphone, les conseils, le comptable, les assurances, les frais de publicité, les voyages et congrès à l’étranger, les cadeaux d’affaires et de représentation, etc. Notons que certains de ces frais sont intégralement déductibles, d’autres partiellement.

Avant d’opter pour la solution forfaitaire de frais, il faudra donc, dans tous les cas, déterminer si le total des frais professionnels annuels est plus important que le montant correspondant à 30% des revenus, avec un plafond de 4.720 euros.

Cela dit, attention ! Car selon les premiers avis des spécialistes de la fiscalité, ce forfait pourrait être très vite atteint. C’est au point que, de l’avis de certains observateurs, ce forfait aura peu d’impact. Il devrait intéresser en premier lieu les indépendants qui ne peuvent pas facilement justifier de frais professionnels et les petits indépendants qui développent une activité modeste et qui n’ont pas envie de tenir une comptabilité fastidieuse.

Un point, en tous les cas, plaide en faveur de ce forfait : en ayant recours à cette formule, l’indépendant se prémunit du risque (non négligeable) de voir certaines de ses dépenses rejetées par le fisc au prétexte qu’elles ne seraient pas raisonnables ou qu’elles n’auraient pas de sens économique.

En conclusion : à compter de cette année, les indépendants auront le choix. Mais celui-ci gagnerait à être bien pesé, de cas en cas !

La formule des frais forfaitaire vous intéresse, mais vous avez des difficultés à réaliser cette estimation ? Demandez conseil à votre bureau comptable Go Consult, qui saura vous conseiller utilement ! 

Leave a Reply